juillet 30, 2018

L’été est bien là. La chaleur est rude alors rien ne vaut une salle obscure avec sa clime pour se rafraichir le temps d’un film. Après avoir vu quelques gros films américains, je voulais me changer les idées et me suis dis pourquoi pas aller voir un film français, même s’il est vrai que ces derniers temps il est assez rare que je le soutienne et en particulier ses comédies car je ne supporte plus leur humour le plus souvent discriminatoire ou/et raciste. Cette semaine est sorti Roulez Jeunesse de Julien Guetta et avec Eric Judor, ancien humoriste du duo Eric et Ramzy, je voulais voir ce qu’il pouvait donner même s’il n’est pas à son premier coup d’essai autant que comédien en solo .

Roulez Jeunesse raconte l’histoire d’Alex, un garçon célibataire de 43 ans qui travaille comme dépanneur automobile dans l’entreprise de sa mère (interprétée par Brigitte Roüan). Une mère qui veut que son fils grandisse mais qui sans s’en rendre compte le couve comme un adolescent.

Le film commence sur les bords de routes comme pour donner une ambiance de Road Movie à la française. Alex  doit ramasser les passagers victimes de leur panne de voiture et parfois est obligé de les supporter le temps du trajet jusqu’au garage. Y a la mère qui souhaite caser ses filles, y a le gars qui finit par s’endormir, un autre perdu dans la vie qui se pause des questions sur son avenir, et un vieux qui mets du temps à marcher et ralenti la cadence de Alex déjà en retard dans son travail. Des petites histoires de vie qui peut rappeler la notre mais sans vouloir tomber dans la tristesse ou le mélodrame. Au contraire l’humour d’Alex est toujours là pour détendre l’atmosphère. Puis voilà qu’en fin de journée, Alex tombe sur une femme qui insiste à ce qu’il la ramène chez elle. Il finit par accepter. Et sans le savoir, il va s’embarquer dans une aventure qui va bouleverser sa vie.

Au petit matin, lorsque Alex se réveil, il se retrouve face à un gamin qui demande où est sa mère ? Alex regarde autour de lui et s’aperçoit qu’elle n’est plus là. Le petit nommé Kurt demande à Alex « C’est toi qui m’amène à l’école ce matin ? » Alex qui commence à paniquer explique au petit « je vais au boulot gamin ». Alex propose au gamin de s’installer dans le canapé pour regarder des dessins animés en attendant sa mère mais jusqu’à ce qu’au bout du babyphone un gamin pleure Alex demande « c’est qui ça ? » Kurt lui répond « bah c’est Ottis ». Alex court jusqu’à la chambre où il entend les pleurs de l’enfant et se retrouve face à un bébé. Pris par la panique Alex se décide d’amener Kurt à l’école espérant qu’il puisse laisser son petit frère par la même occasion mais qui celle ci refuse car ce n’est pas une crèche. Alex est alors pris dans un piège et comprend qu’il doit garder les enfants jusqu’à ce que la mère rentre afin de ne pas les abandonner.

Au cours de l’histoire on découvre Alex. Un garçon perdu dans la vie qui essaie d’avoir une vie de couple mais sans succès car il ne prend pas les relations assez sérieusement. On pourrait alors tomber dans les clichés des comédies françaises pour faire rire le publique mais qui heureusement nous échappons à cela. Au contraire, chaque personnage est attachant. Alex perdu par la protection de sa mère s’aperçoit que la vie n’est facile pour personne encore moins pour ces gosses qui risquent d’être dans un foyer d’accueil. Alex refuse à cette idée et veut prouver à son entourage qu’il peut avoir des responsabilités en essayant de retrouver la mère de ces enfants.

A travers ce film, on y voit un Eric Judor bien différent de ses autres rôles. Il est émouvant et créait une véritable complicité entre les acteurs. Tous apportent leur personnalité et ne font de l’ombre à aucun d’entre eux, même jusqu’au plus petit rôle. La photographie n’est pas mémorable mais elle reste très agréable très agréable à regarder. Le rythme de l’histoire tient jusqu’au bout. Il n’y a aucune longueur, ce qui est très rare surtout pour un premier long métrage. Il ne faut pas se fier à la bande annonce qui donne plus cette impression une histoire de fesse qu’un vrai petit film familiale. En conclusion, un film qui m’a convaincu et qui m’a fait passer un bon moment.

Leave a Reply